Littérature de jeunesse : morale et code de la vertu

Publié le par Candidate au CRPE 2010

Censure consciente qu'excercent presque tous les écrivains jeunesse sur leurs oeuvres. Même si de nombreux tabous sont aujourd'hui tombés, les pressions pour imposer un lexique ou une syntaxe adaptée, une représentation du monde et des rapports humains jugés acceptables pour un enfant restent evidemment très forte.

 

Loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse:

"ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit, aucune chronique, aucune rubrique, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tout acte qualifié de crime ou délit ou de nature à démoraliser l'enfance ou la jeunesse ou à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques."

Commenter cet article