La révolution française et le XIXème siècle

Publié le par Candidate au CRPE 2010

Dans les programmes :

5. La révolution française et le XIXème siècle :

- La révolution française et le 1er empire. L'aspiration à la liberté et à l'égalité. La Terreur. Les grandes réformes de Napoléon Bonaparte.

- L'installation de la démocratie et de la République

- La France dans une Europe en expansion industrielle et urbaine : le temps du travail en usine, des progrés techniques, des colonies et de l'émigration

 

* Les causes de la révolution

- cause sociale : société inégalitaire en 3 ordre + sous consommation des produits industriels car manque d'argent : faillites.

- cause intellectuelle : les Lumières ont contribué à détruire les fondements de l'ancien régime par leur force critique et les dénonciations de l'église, de la monarchie absolue et des privilèges. Ils émettent des propositions et des valeurs comme le bonheur, le progrés, la liberté, l'égalité, la laïcité...Ils sont censurés et réprimés, interdiction de publication.

- cause financière : les caisses de l'état sont vides donc augmentation des impôts

- cause économique : succession de mauvaises récoltes

- crise politique : succession de contrôleurs des finances qui proposent chacun des réformes de l'impôt qui passe par une abollition des privilèges du clergé et de la noblesse. Mais ces réformes sont refusées. Louis XVI est dans l'incapacité de trouver une solution.

-->La monarchie est critiquée et la crise économique est importante. Les français attendent d'importants changements : une constitution, une justice garantie, la suppression des droits seigneuriaux, la baisse des impôts et leur répartition équitable avec le clergé et la noblesse.

 

*Les états généraux

En mai 1789, Louis XVI réunit les Etats Généraux (députés des 3 ordres) à Versailles pour régler la crise financière du royaume. Les français sont invités par le roi à présenter leurs doléances : 60 000 témoignages. Partout, on se rassemble pour désigner ses représentants.

- Les députés jurent de ne pas se séparer avant d'avoir donné une constitution à la France. C'est le "serment du jeu de paume". Ils se déclarent assemblée constituante le 9 juillet, ce qui donne le pouvoir à la nation. C'est la fin de la monarchie absolue. Louis XVI reste à la tête mais n'est plus souverain absolu, il est roi au nom de la souveraineté nationale.

 

* 14 juillet 1789

Les parisiens prennent la Bastille, symbole de la monarchie absolue. Les paysans s'attaquent aux chateaux et les pillent ( révolution des campagnes, "la grande peur") . Une onde de panique remonte jusqu'à Versailles, qui craint une révolte généralisée. Pour ramener l'ordre, les députés décident d'abolir les privilèges le 4 août 1789. La société d'ancien régime est morte. C'est la fin de la féodalité.

revolution-francaise-paris-tresors-caches-mus-L-1.jpg

 

 

* 26 août 1789

ddhc.gif

 

L' assemblée adopte la DDHC (s'inspire de la déclaration d'indépendance des Etats UNis et de l'idéologie des Lumières) . Ces principes doivent fonder le nouveau régime. Texte composé d'un préambule et de 17 articles.

--> autonomie de chacun, liberté,  liberté de conscience et de culte, liberté d'opinion et d'expression, égalité, sureté, propriété, souveraineté nationale, séparation des pouvoirs...

 

 

Le roi, n'acceptant pas les décisions révolutionnaires, tente de s'enfuir en 1791. Il est arrêté et emmené au château des Tuileries. Il perd la confiance du peuple.

 

* Monarchie constitutionnelle

En 1791, la constitution est adoptée. Le pouvoir exécutif est confié au roi qui nomme les ministres, peut opposer son véto au vote des lois et les fait exécuter. Le pouvoir législatif est à l'assemblée constituante (élue pour 2 ans), qui vote les lois et le budget. Toutes les fonctions deviennent électives, sauf le roi qui est monarque héréditaire.

 Suffrage indirect censitaire : les femmes et les citoyens passifs ne votent pas.

Pour résoudre la question financière, l'assemblée met en vente les biens du clergé.

L'assemblée constituante se sépare et laisse place à l'assemblée législative, après avoir réorganisé la France.

 

-->Les monarchies européennes sont hostiles à la révolution qui veut s'étendre partout. La France déclare la guerre à l'Autriche et à la Prusse. Louis XVI, qui ne se résigne pas à un rôle de figurant, pousse à la guerre en espérant que la victoire des souverains restaurera son pouvoir absolu. En marche vers Paris, les Marseillais entament le "chant de l'armée du Rhin".

--> Les révolutionnaires se divisent entre modérés et sans-culottes.

-->Le roi est considéré comme un traitre et renversé en 1792. Il est emprisonné, jugé et guillotiné en 1793.

-->Election d'une nouvelle assemblée constituante (la convention). Chute de la monarchie absolue, la république est proclamée en septembe 1792 : échec des révolutionnaires modérés et radicalisation de la révolution.

-->Provoque l'alliance des monarchies européennes contre la république.

 

* La 1ère république

- La Terreur : A l'extérieur des monarchies comme l'Angleterre ou l'Autriche menacent les frontières. A l'intérieur, la crise économique persiste, tandis qu'une insurrection royaliste se développe. Pour faire face à ces difficultés, la Convention décrète "un gouvernement révolutionnaire jusqu'à la paix" qui sera dirigé par Robespierre (Montagnards). Elle confie ses pouvoirs à deux comités : le comité de salut public et le comité de sureté générale qui traque les suspects et les défère au tribunal révolutionnaire. Il instaure la Terreur, bloque les prix et les salaires, terrorrise, pourchasse et guillotine les suspects (loi des suspects) et impose la déchristiannisation. Face à la dictature de Robespierre, une coalition (les girondins) se forme contre lui et ses partisans. Les excés de la Terreur effraient les français et les députés modérés : ils arrêtent Robespierre et ses alliés qui sont guillotiné en 1794. François Furet analyse la terreur comme un dérapage dû à l'invasion étrangère et à la radicalisation des mouvements populaires parisiens (sans culottes). Puis, il présente la convention montagnarde comme l'amorce des régimes totalitaires du 20ème. Malgré tout, la révolution est sauvée, la France devient la grande nation qui apporte la liberté.

Les bourgeois modérés prennent le pouvoir : c'est le Directoire.

- Le Directoire (1795) : Vainqueurs de Robespierre, les thermidoriens veulent consolider les acquis de la révolution avec une stricte séparation des pouvoirs. Mais ce régime ne parvient pas à s'imposer.

-->Le général Napoléon Bonaparte en profite pour mener un coup d'état en 1799. Il met fin au Directoire.

 

* Napoléon Bonaparte : le consulat et le 1er empire

napoleon_bonaparte-11.jpg- En 1799, N.Bonaparte institue un nouveau régime : le consulat. Pouvoir personnel de plus en plus autoritaire. Il souhaite réorganiser le payx, réconcilier les français et assurer la paix. Il effectue des réformes qui marquent encore la France d'aujourd'hui.

- En 1804, N.B devient empereur des français sous le nom de Napoléon 1er. C'est le 1er empire. Régime autoritaire fondé sur un contrôle rigoureux de la presse et une surveillance accrue de l'opinion par la police dirigée par Fouché. Il concentre tous les pouvoirs. Progressivement, il étend son pouvoir à une partie de l'Europe grâce à son armée et son génie militaire : les puissances européennes s'inquiètent et se coalisent contre l'empire. Défaite à Trafalgar puis victoire à Austerlitz...Amené à se battre contre l'Europe entière, il est vaincu à Leipzig en 1813. Il abdique en 1814.

- Les grandes réformes de NB : réorganise la France avec la création des préfets et sous préfets qui sont ses représentants dans les départements. Il redresse les finances avec la création de la BDF et le franc germinal. En 1802, il crée les lycées pour préparer les jeunes à leur futur métier tout en garantissant la promotion au mérite et non plus en vertus de la naissance. En 1804, il crée la légion d'honneur pour honorer les meilleurs serviteurs de l'état, sans distinction d'origines. Code civil en 1804 unifie le droit français, puis le code pénal en 1810.

 

-->Louis XVIII, frère de Louis XVI, monte sur le trône de France.

 

 

* Monarchie constitutionnelle

- La restauration : Louis XVIII reconnait les conquêtes politiques et sociales de la révolution et veut réconcilier les Français. Puis, Charles X veut un retour à l'ancien régime et à l'absolutisme. Il se fait sacrer à Reims, restaurant la monarchie de droit divin et réaffirmant le rôle de l'église. Trois journées révolutionnaires, "les trois glorieuses" l'obligent à abdiquer en 1830.

- La monarchie de juillet : Avec Louis Philippe 1er, le régime est plus libéral. Le catholicisme n'est plus religion d'état. L'enseignement reçoit un début d'organisation avec la loi Guizot de 1833.  Le sentiment républicain se développe tandis que la situation économique se dégrade. Révolution en 1848. Fin du régime monarchique.

 

* IIème République et 2nd empire :

- Le gouvernement provisoire prend des mesures essentielles en 1848 : suffrage universel masculin, liberté de réunion et de la presse, abollition de l'esclavage (Victoir Schoelcher) et ouverture des ateliers nationnaux pour employer les chômeurs.

- Assemblée constituante en 1848, dominée par les modérés. Un président élu pour 4 ans, pas de premier ministre, il ne peut dissoudre l'assemblée ni se représenter. Jugés trop coûteux, les ateliers nationaux sont fermés, provoquant la révolte des ouvriers, très violemment réprimée. Cette répression marque la fin de la république sociale.

- Louis Napoléon Bonaparte élu président.Craignant les progrés des socialistes, il limite les libertés, renforce l'église (loi falloux sur l'enseignement 1850) et abollit le suffrage universel. Il souhaite se représenter en 1852, et fait un coup d'état. Il prend tous les pouvoir et devient empereur (2nd empire). En 1870, il déclare la guerre à la Prusse, il est battu, l'empire s'effondre.

 

* La IIIème république (1870-1940):

- Adolphe Thiers (monarchiste) est désigné président. Suite à la défaite, il signe le traité de Francfort qui cède l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne. Les parisiens considèrent cela comme une trahison et rejettent la responsabilité de la défaite sur le gouvernement. C'est alors qu'éclate la Commune de Paris. Thiers se réfugie à Versailles et mène une répression hyper violente. Devant les difficultés à restaurer la monarchie, il prend parti pour une République conservatrice. Mais la majorité monarchiste de l'assemblée le renverse et élit le généra Mac Mahon, ambition de retour au roi.

- Général Mac Mahon : Ambition du retour au roi, mais les français se convertissent peu à peu à la république. Seul le président n'est pas républicain. Il est remplacé par Jules Grevy en 1879, après avoir démissionné.

- Les grandes lois républicaines : il s'agit d'appliquer un idéal démocratique, mais aussi de former une main d'oeuvre capable d'assurer le développement industriel et de développer l'esprit patriotique nécessaire à une future revanche contre l'Allemagne (fête nationale, la marseillaise...).

-->Création de l'école de la république attachée à la politique de Jules Ferry (1882) : gratuité, obligation, laïcité...L'école enracine les idées républicaines et affermit le patriotisme des jeunes français. Les "hussards noirs" de la république = les enseignants.

- Les crises de la république : la crise boulangiste (général qui fit craindre un coup d'état), le scandale de Panama (corruption des hommes politiques), les anarchistes, l'affaire Dreyfus qui divise la France et révèle des instincts xénophobes...

 

-->1905 : séparation de l'église et de l'état.

L'engagement des français lors de la déclaration de guerre en 1914 montre que la IIIème république a su unir la nation autour de valeurs communes.

 

 

 

 

Publié dans Histoire

Commenter cet article